Je veux, j’ai décidé, j’ai demandé … Mais quoi concrètement, quel nouveau cap ?

Une conférence de presse qui surprend par le décalage entre la forme et le fond. Alors que le Président de la République veut prendre de la hauteur, il amorce une série d’annonces erratiques sans les préciser, mais surtout, sans qu’elles participent d’une cohérence globale.

La crise à laquelle cette conférence de presse était censée marquer un terme ne sera certainement pas résolue par les annonces de ce soir. « Les peurs contemporaines » dénoncées par le Président de la République – l’abandon, le déclassement ou l’injustice –appelaient pourtant des orientations nouvelles en matière d’aménagement du territoire, de réorganisation de l’action publique, de politique économique ou de nouvelle donne budgétaire. Mais aucune réponse de fond n’est apportée à ces enjeux stratégiques. Les 4000 maisons France-Services, le renforcement du CESE, le Conseil de participation citoyenne ou le Conseil de défense écologique restent des outils, pas les réponses à la hauteur des enjeux. Les autres idées, potentiellement coûteuses, semblent renvoyées vers le Premier ministre qui devra en préciser les contours. A quel prix ? Pour quelle efficacité ?

« J’ai le sentiment que le Président s’engage sur des dépenses, que le Premier ministre devra nous expliquer comment les financer (…) Vivement la conférence de presse du Premier ministre »

En revanche : Quelle politique d’aménagement dans une France dont les territoires se vident ? Quelles perspectives d’investissement pour doter le pays d’infrastructures d’avenir durables ? Quelle politique économique pour corriger le déficit de la balance commerciale ? Quelle construction budgétaire pour assurer à la France le respect de ses engagements européens ? Ce sont ces questions dont nous attentions des réponses.

« A l’heure des grandes transformations que rappelle à juste titre le Président de la République, j’ai le sentiment que la France passe à côté d’une ambition (…) Malgré la reconnaissance du primat territorial, de ses acteurs et des opportunités pour la France dans le monde, le discours présidentiel persiste dans une approche administrative et centralisée (…) Le débat reste ouvert sur la construction de notre avenir »

    Partagez ce contenu :

Laisser une réponse